Jean-Michel Cholette peint des êtres fantomatiques, spectres, cadavres, démons et autres créatures aux croisées de la vie, de la mort et des songes. L'errance de ses personnages dans des atmosphères de cauchemar éthérés y est amplifiée par l'usage du airbrush - avec ses contours flous - et par l'emploi de teintes pâles. La couleur surgit dans ses tableaux comme on la voit furtivement dans des vieux souvenirs. La mort est un thème très présent dans son art et dans son parcours, une issue inéluctable à laquelle il aime se rappeler pour mieux "rester conscient d'être en vie".

 

  Après avoir étudié les arts et les sciences religieuses Jean-Michel Cholette a travaillé dans un salon funéraire bouddhiste où il maquillait les défunts. il a envisagé de devenir thanatologue et a finalement entrepris de lancer une compagnie de construction en parallèle à ses diverses pratiques :

 

 

 

peintre, chanteur / bassiste dans un groupe de hardcore, ou encore magicien comme on peut le voir avec son installation "Holodome". Outre le airbrush sur grand format, Jean-Michel Cholette exerce la peinture sur skateboard, le dessin, l’installation, la murale et le moulage. 

 

 Jean-Michel Cholette a exposé aux cotés de H.R. Giger lors de "l’exposition qui rend fou", un événement en hommage à H.P. Lovecraft en 2007 en Suisse. L'adaptation qu'il a faite du livre "Les sept jours du Talion" de Patrick Sénécal, a reçu les compliments de l'écrivain. Jean Michel Cholette réside à Montréal et s'implique sur la scène locale, Il est l'artisan remarqué de la construction de la galerie Usine 106U, il se produit souvent aux Foufounes Électriques, en musique, en exposition, et régulièrement en peinture en direct.